Actualité

IA, réalité virtuelle, métavers... entre opportunités et nouvelles barrières à l’emploi pour les personnes en situation

Passer un entretien d'embauche dans le métavers, devenir développeur web grâce à une formation en ligne adaptée à son handicap, communiquer en visio-conférence en utilisant l'IA, c'est possible. Des solutions innovantes se mettent en place pour attirer les personnes en situation de handicap vers l'emploi dans le secteur du numérique. Une opportunité à saisir d'urgence dans un secteur qui recrute massivement et susceptible de rendre la filière plus accessible et inclusive selon l'Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées (Agefiph).

14% des personnes handicapées actives sont au chômage, contre 7,3% pour l'ensemble de la population. Elles ont donc tendance à être plus éloignées de l'emploi. L'enquête  Emploi de l'INSEE de 2020 le confirme. Une représentation stéréotypée des divers handicaps, un environnement de travail encore inadapté, des difficultés à communiquer auprès des collaborateurs... Les obstacles à l'embauche et au maintien de l'emploi pour les personnes handicapées s'accumulent.

En face de quoi, le numérique manque de main d'œuvre. 230 000 postes seront à pourvoir d’ici 2025 dans ce secteur, d'après les chiffres de  Numeum, première organisation professionnelle de la filière. Mais la filière peine à accueillir les personnes handicapées. Les entreprises du numérique embauchent 1,2% de travailleurs handicapés, bien en deçà des 6% requis par la loi. Aujourd'hui, l'Agefiph souhaite faire matcher l'offre et la demande et soutient le développement d'outils de formation et de détection des talents innovants.

Un jeu vidéo pour détecter des compétences spécifiques aux métiers du code

Dernière initiative en date : un prototype de jeu vidéo financé par le groupe de services informatiques CGI, le CNRS et l’Agefiph. L'objectif ? Évaluer les compétences algorithmiques nécessaires aux métiers du développement ou du test dans un environnement rassurant. Cela concerne notamment les personnes autistes, pouvant être sensibles à la lumière, au bruit et stressés par un lieu inhabituel. Nul besoin de connaître le langage HTML pour se lancer. Ce projet propose une nouvelle méthode d'évaluation cognitive proche du potentiel réel d'un individu. Fini le stress et les biais de l'entretien d'embauche, on peut choisir quand lancer le jeu vidéo, le faire ou pas à distance, le paramétrer pour qu'il soit adapté.

Des formations accessibles pour une filière tech inclusive.

Autre solution : la formation. Plusieurs programmes sont soutenus par l'Agefiph, notamment  THalent Digital. Il s'agit d'un parcours dédié aux demandeurs d'emplois handicapés. En partenariat avec des entreprises et écoles de la tech sur tout le territoire, Thalent Digital propose un accompagnement personnalisé, des formations adaptées à tous les handicaps (modulation de l'espace de travail, accessibilité des outils) et des actions de sensibilisation en entreprise.

Le parcours vise à aider 500 demandeurs d'emplois d'ici juin 2023. Parmi les partenaires, l'école Simplon.co forme gratuitement au développement web, intègre des stagiaires handicapés pour ensuite les employer chez Numerik-ea. L'entreprise, créée par Simplon.co, se charge de la conception, de la production et de l'animation de sites web ou encore d'applications. Le tout en favorisant l'insertion des personnes en situation de handicap.

En Île-de-France, la formation  Integrally de l'école O'Clock va encore plus loin. Les cours se déroulent au sein de classes virtuelles adaptées : sous-titrage généré par une IA, un espace vidéo pour des interprètes LSF, des paramétrages possibles sur les notifications, la luminosité, la police, le chat de l'application de suivi des cours. La classe virtuelle est compatible aux lecteurs d'écran pour les personnes déficientes visuelles. La formation, suivie d'un stage, prépare à l'intégration web en accessibilité, un métier par et pour les personnes en situation de handicap.

Plus de personnes en situation de handicap seront présentes dans les métiers du numérique, plus elles seront impliquées, plus les questions d’accessibilité seront prises en compte en s’appuyant notamment sur leurs expériences d’usage.

96% des sites Internet ont des défauts d'accessibilité sur leur page d'accueil.

Comment trouver un emploi dans le numérique si l'on ne peut pas naviguer correctement sur Internet ? L'organisation  Web Aim analyse chaque année l'accessibilité des sites Internet les plus visités, les résultats sont frappants. 96,8% du million de sites Internet étudiés présentent un défaut d'accessibilité dès la page d'accueil. Les personnes en situation de handicap subissent la fracture numérique de plein fouet du fait de cette inaccessibilité. Une personne déficiente visuelle aura du mal à naviguer s'il n'y a pas de texte alternatif sur les photos, ni de synthèse vocale pour comprendre le contenu d'un site.

Depuis 2005, les sites de service public doivent être accessibles au risque d'écoper jusqu'à 25 000 euros d'amende. Seuls 4% des sites publics ont publié leur conformité au RGAA, référentiel d'accessibilité numérique, selon l'étude de Braillenet. En 2019, la loi oblige également les applications mobiles et sites de grandes entreprises à l'accessibilité sous peine de 20 000 euros d'amende.

En 2020, 43 % des développeurs interrogés déclarent ne pas avoir connaissance des obligations légales concernant l’accessibilité, selon le rapport du Conseil national du numérique. D'où l'importance de la formation et de l'insertion des  personnes en situation de handicap à des postes clés du numérique.

IA et Métavers : un combo gagnant pour rendre le numérique accessible et inclusif.

L'IA  facilite les usages quotidiens du numérique pour les personnes handicapées. Prenons l'exemple du projet Cap'FALC qui concerne les personnes avec un handicap intellectuel. Facebook AI Research et INRIA (Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique) ont mis au point un  algorithme de transcription en texte FALC (Facile à lire et à comprendre). Le projet aide à mieux comprendre un texte grâce au travail de l'IA.

Dans la même veine pour les personnes sourdes et malentendantes, Roger Voice est une application qui sous-titre en direct les propos d'un interlocuteur au téléphone et les traduit en LSF grâce à la visio-interprétation. Pour les personnes déficientes visuelles, Seeing AI va même jusqu'à décrire l'environnement pour faciliter le repérage dans l'espace.

Et le métavers dans tout ça ? L'univers virtuel immersif créé par  Marc Zuckerberg peut-il offrir des opportunités en termes d'usages et d'emploi pour les personnes en situation de handicap ? En créant son propre avatar, un individu choisit son apparence et évite les discriminations subies dans le monde réel. Des agences d'intérim comme Mister Temp ont déjà investi le Métavers. Ainsi, il peut être possible d'y être recruté avec l'espoir de ne pas être jugé sur son apparence mais sur ses compétences.

Sources utilisées :

Publié le 31 Mai 2022