FAST

Actions innovantes
Sélectionné sur appel à projet
Porteur du projet
CFAS Occitanie Ouest, Réseau 2APH

1876 rue du Général de Gaulle
45160 Olivet
France

Tél : 06.19.47.30.63

Objectif stratégique :
Favoriser l’inclusion professionnelle des personnes handicapées en expérimentant une modalité innovante (inédite) de formation par la voie de l’apprentissage, permettant à la fois de prendre en compte les situations problématiques singulières et de soutenir le développement des compétences professionnelles.

Objectif opérationnel :
Déployer une modalité spécifique d’apprentissage, innovante, au-delà des aménagements mis en œuvre par le référent handicap du CFA.

L’existant : des aménagements de l’apprentissage
Dans le cadre de la sécurisation de leur parcours d’apprentissage, tout apprenti doit se voir proposer des adaptations (documents adaptés, équipements techniques, aménagements des examens…) permettant de compenser une éventuelle situation de handicap et pouvoir pleinement investir sa formation dans une dynamique inclusive.

L’innovation : L’apprentissage a démontré sa pertinence pour les publics en situation de handicap. Cependant, certaines situations nécessitent de repenser le modèle de l’alternance déployé en apprentissage. Il s’agit donc d’aller au-delà des adaptations individuelles et de développer une ingénierie pédagogique ad hoc de Formation Adaptée en Situation de Travail (FAST), qui implique tant le CFA que le maître d’apprentissage. Ainsi des contenus formatifs / pédagogiques identiques pourraient être abordés directement sur le lieu de travail, par le maître d’apprentissage, dans le cadre de situations de travail appropriées (préalablement identifiées). Il ne s’agirait pas de dénier la nécessité d’aborder la relation au collectif, qui doit être travaillée, mais de pouvoir réduire cette contrainte (voire en sortir) afin d’optimiser les conditions de l’apprentissage et, par là même, augmenter ses effets. A l’heure où la crise sanitaire et ses conséquences obèrent les perspectives d’inclusion, certaines situations pourraient se voir rapidement proposer des solutions de formation plus adaptées, à condition de repenser le modèle actuel. 

Le public visé : Le public visé est constitué des apprentis en situation de handicap pour lesquels les modalités classiques de la formation en alternance ne sont pas suffisamment adaptées au regard des besoins identifiés. Par exemple, pour certains apprentis handicapés atteints de phobie(s) (agoraphobie, ochlophobie, phobie scolaire, les situations de phobie(s), des troubles du spectre de l’autisme, de fatigabilité), le caractère collectif des séquences de formation peut être problématique.

Les contours du projet : 
Prévoir et permettre qu’une partie majeure des heures d’enseignement professionnel (heures dites de matières professionnelles), de l’ordre de 60 % du volume horaire total de formation, puisse être réalisée directement en situation de travail au sein de l’entreprise, par le maître d’apprentissage dûment formé pour cela, suivant une pédagogie spécialement adaptée (inspirée de l’AFEST). Le reste des heures (de l’ordre de 40 %) serait réalisé, classiquement, en centre de formation (heures de travaux pratiques) avec les adaptations personnalisées prévues pour l’apprenti. 

Des phases réflexives, distinctes des mises en situation de travail, seront également mises en place afin de permettre à l’apprenant de faire le point avec un tiers et d’utiliser les enseignements de sa pratique.

Les heures d’enseignements dites théoriques ou générales se feraient à distance ou dans des modalités également aménagées. 

Les principales actions à mener pour ce faire :

  • Développer et diffuser l’ingénierie et les outils pédagogiques adaptés pour un accompagnement renforcé du maître d’apprentissage en s’appuyant sur la démarche déployée par l’AFEST.
  • Constituer la cohorte qui serait constituée d’une soixantaine d’apprentis sur 6 régions à travers les adhérents du Réseau 2APH.
  • Mettre en œuvre la démarche d’évaluation avec une dimension Recherche-action, permettant de mesurer la pertinence du projet dans une perspective d’essaimage.
  • La pertinence doit être évaluée tant du point de vue de l’apprenti que de celui du maître d’apprentissage et de l’employeur, ne serait-ce que pour son adhésion à une nouvelle modalité de formation.

 

Fiche bientôt disponible

Publié le 11 Juin 2021